Suivre @Jeune_diplomee Jeune Diplômée

Jeune Diplômée

Une jeune diplômée cherche le job de ses rêves.
Attends, c'est quoi déjà ? Ah oui, elle cherche encore.

Avr 16

Les politiciens

Les politiciens sont bien emmerdés : le taux de chômage des jeunes crève le plafond et ils sont à court d’idées. Du coup, ils proposent tout et n’importe quoi pour y remédier. C’est ainsi que Pierre Gattaz, président du MEDEF, a suggéré la création d’un “SMIC intermédiaire”, évidemment inférieur au SMIC actuel.

Brillante idée ! Tant de bon sens ! C’est bien connu : les jeunes, ils vivent d’amour et d’eau fraîche et de films téléchargés illégalement sur internet. Tout ça est gratuit, ils n’ont pas besoin d’argent. L’argent c’est bon pour les adultes et les grands patrons.

Tu as envie de lui répondre à ce bon M. Gattaz que :

  1. Il a vraiment un pois chiche à la place du cerveau
  2. Le SMIC jeune existe déjà : ça s’appelle les stages, c’est payé en moyenne entre 436,05 € et 1000€. Et en plus ça ne donne droit ni aux congés ni aux allocations chômage.

Oui M. Gattaz, pas besoin de nouvelle loi, nous vivons déjà dans le meilleur des mondes !

                         


Avr 9

L’expérience

Dans la vie, il y a 2 types de personnes :

Type n°1 : tu sais ce que tu veux faire. Depuis tout petit tu veux être pompier, vétérinaire, chef de produit PQ chez Lotus, etc. Bref, tu as une vocation. Tu as donc tout fait pour te préparer à ce métier. Et quand vient le moment de postuler, tu as toute l’expérience requise. C’est du gâteau. Les gens parfaits sont tellement ennuyeux.

Type n°2 : tu ne sais pas ce que tu veux faire de ta vie (cas très très courant paraît-il). Du coup tu procèdes selon le modèle “trial and error” : tu tâtonnes. Premier stage dans un secteur : c’est sympa mais sans plus. Stage suivant : tu essaies autre chose. Stage numéro trois : tu cherches un truc un peu mieux payé ce qui t’oriente nécessairement vers d’autres métiers. Les années passent, tu acquiers de l’expérience.

C’est bien mais pas assez.

Tu es toujours obligée de te justifier quand tu postules pour un truc différent de ce que tu as fait par le passé : “oui j’ai pas d’expérience là-dedans, mais je suis formidable”. Tu rames pour faire coller ton profil aux attentes du recruteur en face de toi.

Et finalement le monsieur te reconduit vers l’ascenseur et lance un “à bientôt”. Et si ça finissait par marcher ?

                          image


Avr 2

Embouteillages

Les cours sont bientôt finis et les écoles vont accoucher d’une nouvelle promotion de jeunes diplômés. Et toi, tu en es toujours au même point : trouver un job.

Tu vas être mêlée à ce flot de candidats, plus jeunes, plus frais, pas encore passés à la moulinette de la recherche d’emploi.

Tu sais qu’il y a 3 ou 4 ans, c’était déjà la crise, et les jeunes diplômés avaient déjà du mal à trouver du travail. Alors comment ça se passe ? Est-ce que ça crée un embouteillage : tant que la promo 2011 ne sera pas casée, la promo 2014 ne trouvera pas de taf.

Ou bien est-ce que c’est foutu pour ceux qui n’ont pas réussi à prendre le train en marche ?

Peut-être qu’en étant en concurrence avec les nouvelles promos tu conserves quand même le privilège de l’âge.

                         


Mar 26

Trucs de vieux

Être au chômage c’est l’occasion de faire des trucs de vieux.

Tu vas “prendre le soleil” = t’asseoir sur un banc, place de la mairie, et ne rien faire. Les personnes âgées font ça parce que c’est bon pour l’arthrose, toi tu fais ça parce que tu n’as rien de mieux à faire.

Tu regardes les programmes TV de milieu d’après-midi, en particulier les documentaires animaliers et Le Magazine de la Santé, truc de vieux par excellence.

Tu vas faire des courses au Monoprix le soir, quand il y 20 minutes de queue, même pour acheter trois fois rien, juste pour voir du monde.

                            


Mar 18

Les nouvelles candidatures

Force est de constater que les candidatures traditionnelles (envoi de CV et attente près du téléphone) ça ne marche pas. Comme l’a dit ton conseiller Pôle Emploi, les entreprises reçoivent environ 300 CV par offre d’emploi publiée, donc faut pas trop compter là-dessus. Du coup, tu envisages des solutions alternatives :

  • En mode Femen : tu fais un happening sur la place du Trocadéro. Tu enlèves ton t-shirt en hurlant (et en faisant attention à ne pas faire tomber ta couronne de fleurs) pour que tout le monde lise ce qu’il y a écrit sur tes seins : EMBAUCHEZ-MOI // HIRE ME.
  • En mode Libé : tu publies une petite annonce dans la rubrique Transports Amoureux. “Métro L3, Havre Caum. Vu avec ton attaché-case. Tu ne le savais pas mais tu vas m’embaucher.”
  • En mode CGT : tu vas au siège de l’entreprise dans laquelle tu veux travailler. Tu portes une cagoule. Tu demandes à voir le boss et tu le prends en otage. Tu marchandes avec les flics : “ok je le libère mais je veux des garanties : un CDI !”
  • En mode Breaking Bad : tu achètes un flingue et élimines tous tes concurrents (soit la moitié des promos des écoles de commerce). Easy.
  • En mode GIF : tu fabriques un CV en GIF et tu le mets en ligne pour faire du buzz. Mais ça a déjà été fait (voir ici). Ça peut aussi se tenter avec des chatons.

Quelqu’un a un chaton à prêter ? C’est pour la bonne cause.

                         


Mar 12

Les plans

Quand tu t’ennuies, tu vas sur Google Maps et tu imagines le tour du monde de tes rêves. C’est un petit jeu sans conséquences et qui ne peut pas faire de mal.

Tu aimes tellement voyager, explorer, te perdre, découvrir des lieux, manger des choses exotiques. Il y a tant de choses à voir dans le monde, trop d’îles désertes où paresser, trop de montagnes à grimper, trop de gratte-ciels à regarder, trop de cultures à connaître.

Si tu ne commences pas maintenant, tu n’y arriveras jamais.

Alors, sur ta carte du monde, tu places des petits repères. Tu commences avec les lieux qui t’ont toujours fait fantasmer. Et si j’allais voir le Mont Fuji ? Ça remplit déjà pas mal ta carte. Puis tu continues avec les endroits dont on t’a parlé. “Il faut que tu ailles à Rio !” Va pour Rio, un petit point de plus sur ta map. Tant qu’on y est, autant aller rendre visite aux amis expatriés : un autre point dans l’hémisphère sud.

Tu contemples ta Google map : plein de repères multicolores, sur les 5 continents. Y’a plus qu’à. Mais quand ?

                     


Mar 5

LinkedIn

« Rejoignez le plus grand réseau professionnel au monde » qu’ils disent. Mais pour quoi faire ?

LinkedIn c’est cool parce ça permet de :

  • Se mettre en avant (quand on tape ton nom dans Google, ta page pro remonte avant ta page Facebook, et avec un peu de chance le recruteur s’arrêtera là et n’ira pas voir les photos de toi déguisé en lapin à cette fête ridicule il y a 3 ans).
  • Raconter tous les trucs qui rentrent pas sur ce foutu CV d’une page (oui tu as fait de la danse en maternelle et c’est important que le monde le sache).

Mais il faut supporter le fait que :

  • Tu ne reçois jamais assez de vues (« Votre profil a été consulté par 3 personnes au cours des 15 derniers jours » => mais ça marche pas cette merde !).
  • Tu te fais spammer. Nouvelle demande d’amis :  tu as +5000 contacts, on ne s’est jamais parlé, et tu bosses dans le secteur de la construction ? Really?

Au final LinkedIn n’a qu’un seul intérêt : le stalking. La meuf que tu détestais en prépa a dégoté un nouveau job : biaaaaatch. Une vieille connaissance a ajouté « team leadership » dans ses compétences : gros mytho. Ahhhhh ça fait du bien.

                                   image


Fév 25

100ème post

100ème post ! Youhou !! Gros score ! Tu n’es pas loin d’écrire un roman en fait ! Du coup tu t’es un peu faite connaître.

Être une rock star c’est ouf. Tu pensais jamais que ça t’arriverait. Au début, tu as commencé à créer ton petit truc dans ton coin parce que ça te faisait kiffer. Tu te disais que si en plus ça pouvait intéresser des gens, ce serait cool, mais sans plus.

Et tout d’un coup, BIM, la célébrité !! Des inconnus qui t’abordent dans la rue en te disant qu’ils aiment ce que tu fais ! Des potes qui te disent que tu es géniale ! Des gens qui te supplient de continuer à écrire. Un truc de dingue. Mais oui mais oui, une Lady Gaga  sommeille au fond de toi !

Tu reçois régulièrement des mots doux de fans, mais jamais de messages de haine. Si vous détestez ce blog, c’est le moment de vous lâcher. Dites tout le mal que vous en pensez en écrivant à jeune_diplomee@live.fr

                                     image


Fév 18

RDV à Pôle Emploi

Tu as rendez-vous à Pôle Emploi. Tu as soigneusement rempli ton dossier de demande d’inscription (8 pages quand même !), ce qui t’a donné la fâcheuse impression d’être un cas social.

Tu n’as pas une très bonne image de Pôle Emploi. Tu imagines des conseillers au bord de la crise de nerfs, épuisés par les milliers de chômeurs qui affluent dans leurs bureaux depuis que la crise est passée par là. Mais en fait non, les conseillers ont l’air plutôt fringuant. Eux au moins ils ont un travail.

Tu entres dans le hall avec ta convocation à la main. C’est comme à La Poste : il y a la queue au guichet. Dans la file il y a de tout : des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes, des Blancs, des Noirs et des Arabes. Tu es à l’agence qui gère les cadres, donc apparemment les cas désespérés ne sont pas reçus ici. Une petite voix te dit “5 ans d’études pour en arriver là”. Tu n’en mènes pas large.

Ton conseiller arrive. Tu le suis dans son bureau. Tu t’assieds et sors ton dossier. Devant ta mine déconfite, le monsieur demande :

- C’est votre première inscription ?

- Oui…

- C’est pas grave, ça peut arriver.

Le monsieur est gentil. Il prend ta paperasse, fait des photocopies et valide ton inscription sur son ordinateur. Puis il lit ton CV et te demande quel est ton projet professionnel. Te revoilà à déballer ta vie, ton œuvre. Il écoute et sourit. Il te propose des pistes de recherche. Vous discutez. C’est intéressant. Vous regardez ensemble les offres sur le site de Pôle Emploi. Vous tombez sur une offre émanant d’un grand cabinet d’audit qui commence par un D. Tu fais NON de la tête. Ton conseiller acquiesce : “j’ai reçu plusieurs personnes qui sortaient de là complètement cassées”.

Pour finir, il t’explique tes droits et devoirs en tant que chômeuse : tu as le droit de refuser une offre d’emploi mais tu as le devoir de te rendre à toutes les convocations. Il t’explique les différentes formes d’aide que propose Pôle Emploi et rédige un compte-rendu. Et voilà. Prochain RDV dans 3 mois. 

Ça c’était la version officielle. En off, ton conseiller t’explique que Pôle Emploi propose tout un tas d’ateliers pour travailler son CV ou sa méthodologie, mais que les délais sont longs car il y a beaucoup de candidats. Il t’explique aussi que dans cette agence, 37 conseillers aident 11000 demandeurs d’emploi et que c’est pas facile tous les jours. Il te suggère également d’envisager de t’expatrier. Ça en dit long sur sa vision du marché du travail en France.

                                


Fév 11

Comment avoir des vacances

Quand tu étais étudiante, les choses étaient simples : tu avais plein de vacances, comme depuis ton entrée à l’école maternelle. A la Toussaint, à Noël, en février, à Pâques et pendant les 2 mois d’été. C’était immuable, c’était la glandouille, tu ne pensais pas qu’un jour ça s’arrêterait.

Et puis tu es devenue salariée, et là c’est le drame : tu as 5 semaines de congés payés (quoi ?? QUE 5 semaines ?) et avant de les prendre il faut que tu demandes l’accord de ton N+1, l’humiliation suprême.

Certes, il y a les RTT pour rallonger quelques week-ends, mais ça ne remplace pas les vraies vacances, celles qui sont tellement longues que tu as l’impression qu’elles ne finiront jamais.

Tu en arrives à cette conclusion tragique : pour voir de grosses vacances, tu n’as que deux possibilités :

  • Travailler beaucoup (et accumuler suffisamment de congés payés)
  • Travailler très peu (autrement dit être au chômage)

Heureusement ton dernier employeur t’a permis de réaliser ton rêve : prendre des congés payés de longue durée, autrement dit toucher les allocations chômage. Ça semble être un bon programme ! Alors oui, c’est mal de profiter du système, ça va creuser le trou de la sécu, l’état va faire faillite, bla bla bla. Et ben ouais. Après tout, tu as cotisé, tu ne les as pas volées ces allocs ! Tu comptes bien en profiter pour prendre le temps de trouver le prochain job de tes rêves.

                                image


Page 1 sur 11