Suivre @Jeune_diplomee Jeune Diplômée

Jeune Diplômée

Une jeune diplômée cherche le job de ses rêves.
Attends, c'est quoi déjà ? Ah oui, elle cherche encore.

Juil 21
Jeune Diplômée a 2 ans aujourd’hui !
#fière :)

Jeune Diplômée a 2 ans aujourd’hui !

#fière :)


Jui 10

Victoire

Chers lecteurs,

On dirait bien que j’ai trouvé le job de mes rêves ! J’ai commencé il y a quelques jours dans un nouvel open space plutôt chouette.

Juste un mot pour vous dire que ce process de recrutement m’a paru incroyablement simple et plaisant (oui on peut kiffer ses entretiens, c’est rare mais ça arrive). En 2 semaines j’avais rencontré 3 personnes et reçu une proposition. Et là, petit message aux recruteurs : oui on peut réussir un recrutement si rapidement, il suffit de savoir ce qu’on cherche. Pas la peine de passer 2 heures en entretien avec le candidat pour savoir si ça va marcher ou pas (2 heures c’est long et chiant pour tout le monde). Le CV en dit déjà long sur la personne et son expérience. Pas besoin de faire une interrogation écrite sur le thème “est-ce que tu connais bien tous nos métiers ?” mais plutôt tester le potentiel et l’envie du candidat.

J’ai compté le nombre de candidatures que j’ai envoyées depuis janvier, en les comparant aux stats de mon 1er chômage, ça donne ça :

image

Morale de l’histoire : savoir ce qu’on veut (= se poser les bonnes questions) et cibler sa recherche, ça marche aussi. Pas la peine d’envoyer des CV à toute la France.

Je vous laisse, faut que j’aille me désinscrire de toutes les alertes emploi auxquelles je m’étais abonnée.

Le blog s’arrête ici, mais je ferai sûrement un nouveau billet dans quelques mois sur le thème “mon job est trop cool”.

<3

JD


mai 15

La ponctualité

A quoi ça sert que tu te décarcasses à être à l’heure à l’entretien si c’est pour poireauter pendant trois plombes dans le hall d’accueil sur des canapés inconfortables ? Hein ??
 
Tu te présentes à l’accueil. La dame te demande ton nom et t’invite à patienter. Tu feuillettes ce qui est posé sur la table basse : plaquette de présentation (copié-collé du site web de la boîte que tu as déjà lu en entier et que tu connais donc par cœur), revue de presse, rapport financier (ça tombe bien, c’est ta passion).
 
Au début tu bouquines sérieusement, en te tenant bien droite. Puis tu commences à prendre tes aises et à t’affaler gentiment sur le canapé. Tu fais semblant de lire en jetant des petits coups d’œil à gauche et à droite. C’est sympa cette ambiance feutrée mais où sont les gens, bordel ?
 
Au bout d’un quart d’heure tu commences à paniquer : “merde merde merde, le recruteur m’a oubliée, il m’a OUBLIÉE !”
Tu vas chouiner auprès de la fille de l’accueil qui t’assure que oui, “il va arriver”.
Tu retournes t’étaler sur le canapé. Ultime feuilletage de rapport annuel.
Au bout de 30 minutes tu lis Topito sur ton iPhone.
Au bout d’une heure tu es sur le point de piquer un petit somme…
Et c’est à se moment-là que le recruteur se pointe.
 
                    image

mai 6

Mai

Il est là le joli mois de mai. Et avec lui un petit miracle : les jours FÉRIÉS.

Ça commence par des heures de route pour enfin arriver à ta destination. L’après-midi suivant, tu peux commencer à te prélasser. Tu es étendue là dans ton transat orienté au sud, bière dans la main droite, crème solaire dans la main gauche, un livre à tes pieds. Il fait chaud. Un petit coup d’œil vers tes voisins : sous les chapeaux de paille, on débat du menu du soir.

- Un barbecue c’est pas mal, hein.

- Ouais c’est facile. Et puis les garçons seront contents, ça les occupe.

- Qui va faire les courses ?

Deux jours après, tu t’es habituée à vivre au soleil et sans réveil. Affalée dans ta chaise longue, tu entends une petite voix qui soupire :

- Ça va être dur demain, le taf.

- M’en parle pas, c’est l’horreur.

Tu acquiesces.

- Grave, j’ai plein de lettres de motiv’ à envoyer…

                                       


Avr 30

Quand 2 chômeuses se rencontrent

Quand une chômeuse rencontre une autre chômeuse :

- Salut, ça te dit qu’on prenne un café ?

- Oui quand tu veux, je suis dispo tout le temps

- Ça tombe bien, moi aussi.

La conversation continue, vous échangez vos bons plans.

- Tu devrais t’inscrire au RSA, c’est hyper simple.

- Ouais t’as raison.

- Il est sympa ton conseiller Pôle Emploi ?

- Je connais un ciné qui fait la place à 4€ mais c’est la séance de 11h.

- Ah non, c’est pas parce qu’on a rien à faire qu’on devrait se lever tôt.

Vous vous cherchez des occupations.

- On va voir cette expo ? C’est gratuit pour les chômeurs.

- Déjà vue. On peut regarder l’intégrale de How I Met… ?

- Je suis à jour. J’ai tellement de temps libre que j’ai vu toutes les saisons de toutes les séries qui existent. J’te jure.On peut postuler sinon ?

- Ça sert à rien.

- Ouais c’est clair. On peut se promener sinon ?

- Nan il pleut.

- Bon ben on n’a qu’à se faire chier.

- Ouais faisons ça.

- …

Tu devrais créer une Confédération des Chômeurs qui regrouperait tous les demandeurs d’emploi et vous pourriez vous ennuyer ensemble.

      image


Avr 24

Les lieux

Il y a plein d’endroits où passer un entretien d’embauche.

Le classique c’est dans une tour à la Défense. Généralement le recruteur t’envoie un petit mail la veille de l’entretien avec les consignes pour arriver au siège et 2 plans en pièce jointe. Il a peur que ses candidats se perdent dans le dédale. A la sortie du métro tu suis les instructions : en haut de l’escalator, prendre à gauche, traverser la passerelle qui surplombe le boulevard circulaire, continuer sur 200m puis contourner la tour bleue (mais elle sont toutes bleues ?!) jusqu’à l’entrée de la tour X, et présentez-vous à l’accueil. Quand tu es arrivée là, tu es contente mais horriblement décoiffée. Cette foutue esplanade de La Défense est en plein vent.

Le plan pas cool c’est le vieil immeuble haussmannien, type Paris 8ème, qui n’a pas été rénové depuis longtemps et qui n’a pas la clim’. Par temps chaud et si la salle de réunion est sous les toits, c’est mort pour toi. Tu vas simplement te liquéfier sous l’effet combiné du stress et du sauna.

Ça peut aussi se passer dans un immeuble plus récent, on t’installe à une table dans un petit bureau. Tu poses tes affaires et t’assieds face au recruteur. Le fourbe, il a choisi la meilleure place : dos à la fenêtre, en contre-jour, pour mieux t’observer.

Des fois, sur un coup de tête, tu décides de postuler dans les boîtes qui sont situées près de chez toi, dans ta banlieue. Tu pourrais y aller en bus, voire à pied ! Youhou ! Ouais du coup tu n’aurais aucune excuse pour faire un détour par les grands magasins en rentrant du taf. C’est naze en fait.

Ce qui est plus agréable c’est quand tu visites des immeubles avec une super vue. Ça te donne toujours une bonne impression de la boîte. Dernier étage, le recruteur te conduit vers son bureau, plein de couloirs à traverser : vue sur Montmartre, sympa, couloir suivant, vue sur l’opéra, pas mal. Oui je veux bien un café, je vais instagrammer si ça vous dérange pas.

                                    image


Avr 16

Les politiciens

Les politiciens sont bien emmerdés : le taux de chômage des jeunes crève le plafond et ils sont à court d’idées. Du coup, ils proposent tout et n’importe quoi pour y remédier. C’est ainsi que Pierre Gattaz, président du MEDEF, a suggéré la création d’un “SMIC intermédiaire”, évidemment inférieur au SMIC actuel.

Brillante idée ! Tant de bon sens ! C’est bien connu : les jeunes, ils vivent d’amour et d’eau fraîche et de films téléchargés illégalement sur internet. Tout ça est gratuit, ils n’ont pas besoin d’argent. L’argent c’est bon pour les adultes et les grands patrons.

Tu as envie de lui répondre à ce bon M. Gattaz que :

  1. Il a vraiment un pois chiche à la place du cerveau
  2. Le SMIC jeune existe déjà : ça s’appelle les stages, c’est payé en moyenne entre 436,05 € et 1000€. Et en plus ça ne donne droit ni aux congés ni aux allocations chômage.

Oui M. Gattaz, pas besoin de nouvelle loi, nous vivons déjà dans le meilleur des mondes !

                         


Avr 9

L’expérience

Dans la vie, il y a 2 types de personnes :

Type n°1 : tu sais ce que tu veux faire. Depuis tout petit tu veux être pompier, vétérinaire, chef de produit PQ chez Lotus, etc. Bref, tu as une vocation. Tu as donc tout fait pour te préparer à ce métier. Et quand vient le moment de postuler, tu as toute l’expérience requise. C’est du gâteau. Les gens parfaits sont tellement ennuyeux.

Type n°2 : tu ne sais pas ce que tu veux faire de ta vie (cas très très courant paraît-il). Du coup tu procèdes selon le modèle “trial and error” : tu tâtonnes. Premier stage dans un secteur : c’est sympa mais sans plus. Stage suivant : tu essaies autre chose. Stage numéro trois : tu cherches un truc un peu mieux payé ce qui t’oriente nécessairement vers d’autres métiers. Les années passent, tu acquiers de l’expérience.

C’est bien mais pas assez.

Tu es toujours obligée de te justifier quand tu postules pour un truc différent de ce que tu as fait par le passé : “oui j’ai pas d’expérience là-dedans, mais je suis formidable”. Tu rames pour faire coller ton profil aux attentes du recruteur en face de toi.

Et finalement le monsieur te reconduit vers l’ascenseur et lance un “à bientôt”. Et si ça finissait par marcher ?

                          image


Avr 2

Embouteillages

Les cours sont bientôt finis et les écoles vont accoucher d’une nouvelle promotion de jeunes diplômés. Et toi, tu en es toujours au même point : trouver un job.

Tu vas être mêlée à ce flot de candidats, plus jeunes, plus frais, pas encore passés à la moulinette de la recherche d’emploi.

Tu sais qu’il y a 3 ou 4 ans, c’était déjà la crise, et les jeunes diplômés avaient déjà du mal à trouver du travail. Alors comment ça se passe ? Est-ce que ça crée un embouteillage : tant que la promo 2011 ne sera pas casée, la promo 2014 ne trouvera pas de taf.

Ou bien est-ce que c’est foutu pour ceux qui n’ont pas réussi à prendre le train en marche ?

Peut-être qu’en étant en concurrence avec les nouvelles promos tu conserves quand même le privilège de l’âge.

                         


Mar 26

Trucs de vieux

Être au chômage c’est l’occasion de faire des trucs de vieux.

Tu vas “prendre le soleil” = t’asseoir sur un banc, place de la mairie, et ne rien faire. Les personnes âgées font ça parce que c’est bon pour l’arthrose, toi tu fais ça parce que tu n’as rien de mieux à faire.

Tu regardes les programmes TV de milieu d’après-midi, en particulier les documentaires animaliers et Le Magazine de la Santé, truc de vieux par excellence.

Tu vas faire des courses au Monoprix le soir, quand il y 20 minutes de queue, même pour acheter trois fois rien, juste pour voir du monde.

                            


Page 1 sur 12