Suivre @Jeune_diplomee Jeune Diplômée

Jeune Diplômée

Une jeune diplômée cherche le job de ses rêves.
Attends, c'est quoi déjà ? Ah oui, elle cherche encore.

Sep 17

Les hipsters

En agence, tu trouves une concentration impressionnante de hipsters. Tu ne pensais pas qu’il y en avait autant. En fait avant tu en voyais surtout dans les magazines (ouais dans GQ quoi). Les hipsters ont au minimum une moustache, au mieux une méga barbe. Ils ont l’air sérieux (sourire ? jamais !). Ils portent des chemises, si possible vintage, si possible en jean, si possible boutonnées jusqu’en haut.

Le problème avec les hipsters c’est qu’ils se ressemblent tous. Et ça donne lieu à des conversations assez ubuesques entre collègues :


- le créatif c’est Ludo ou Romain ?
- c’est Ludo.
- c’est pas Romain ?
- c’est lequel ?
- c’est le barbu !
- ils sont barbus tous les deux !
- ahhhh !!
- c’est le plus barbu des deux.
- ah ok le plus hipster.

                image


Sep 11

L’intégration

Gros choc à ton arrivée : les gens font la gueule. Toi tu arrives toute guillerette, 2ème CDI, celui-là c’est le bon, grosse motivation, tout ça. Et en face tes nouveaux collègues tirent une gueule de 6 pieds de long.

Au bout de quelques jours ou semaines, on te demande au détour d’un déjeuner : alors tu penses quoi de l’agence ?

Oh ben c’est encore un peu tôt pour juger mais c’est plutôt cool.

Et là, bim, c’est parti pour la liste de doléances :

  • ici on travaille beaucoup
  • les gens ne sont pas très bien traités
  • on est mal payés
  • l’agence n’a pas très bonne réputation
  • on n’est pas formés
  • il y a beaucoup de départs
  • etc.

Du coup tu cogites. Et puis finalement, OH WAIT, ça te rappelle un truc : le monde du travail ! C’est ça ! Où que tu ailles, tu trouveras forcement des gens pas épanouis ou simplement un peu usés par leur taf (et c’est encore pire avant les grandes vacances).

                                        


Sep 4

L’annonce

Quand tu dis “je bosse chez XX, c’est une agence de pub” et que les gens connaissent, tu as 2 types de réactions :

  • ceux qui kiffent => “oh la chance !!!”
  • ceux qui kiffent pas => “tu vas prendre cher”

Et il y a tous ceux qui ne connaissent pas et qui se contentent d’un “Ah et t’es contente ?” ou d’un “Heu c’est bizarre comme nom…”.

Tes parents se classent dans cette dernière catégorie et te demandent forcément si c’est comme dans 99 Francs et si les gens ont les cheveux verts et prennent de la drogue.

                                      image


Aoû 1

Les fringues d’été

Tu te lèves. Tu as mal au crâne. Tu manges. Tu sors de la douche. Météo France annonce 28° à Paris. Tu ouvres ton armoire. Il n’y a pas de clim’ dans ton open space. Tu es en retard. Tu en sors un short et un t-shirt. Ce short semble un peu court mais ça passe. Tu finis de te préparer.

Tu sors de chez toi. À la gare, tu vois ton reflet dans une vitre. Ce short est vraiment court. Et merde.

Tu montes dans le métro. Tu imagines comment tu pourrais planquer tes cuisses. La meilleure solution semble être de rester assise, toute la journée, les jambes étendues sous la table. Tant que tu ne te lèves pas, ça ne se voit pas. Tu te maudis d’avoir mis ce micro short. Tu ne vois que tes cuisses. BLANCHES.

Tu arrives au bureau. Tu pousses la porte en espérant ne croiser personne d’important… Ce matin un petit déjeuner est organisé au taf. Tout le monde sirote un jus de fruit frais. Le thème c’est “plage”. Tu es dans le thème. YOU WIN.

                 image


Juil 21
Jeune Diplômée a 2 ans aujourd’hui !
#fière :)

Jeune Diplômée a 2 ans aujourd’hui !

#fière :)


Jui 10

Victoire

Chers lecteurs,

On dirait bien que j’ai trouvé le job de mes rêves ! J’ai commencé il y a quelques jours dans un nouvel open space plutôt chouette.

Juste un mot pour vous dire que ce process de recrutement m’a paru incroyablement simple et plaisant (oui on peut kiffer ses entretiens, c’est rare mais ça arrive). En 2 semaines j’avais rencontré 3 personnes et reçu une proposition. Et là, petit message aux recruteurs : oui on peut réussir un recrutement si rapidement, il suffit de savoir ce qu’on cherche. Pas la peine de passer 2 heures en entretien avec le candidat pour savoir si ça va marcher ou pas (2 heures c’est long et chiant pour tout le monde). Le CV en dit déjà long sur la personne et son expérience. Pas besoin de faire une interrogation écrite sur le thème “est-ce que tu connais bien tous nos métiers ?” mais plutôt tester le potentiel et l’envie du candidat.

J’ai compté le nombre de candidatures que j’ai envoyées depuis janvier, en les comparant aux stats de mon 1er chômage, ça donne ça :

image

Morale de l’histoire : savoir ce qu’on veut (= se poser les bonnes questions) et cibler sa recherche, ça marche aussi. Pas la peine d’envoyer des CV à toute la France.

Je vous laisse, faut que j’aille me désinscrire de toutes les alertes emploi auxquelles je m’étais abonnée.

Le blog s’arrête ici, mais je ferai sûrement un nouveau billet dans quelques mois sur le thème “mon job est trop cool”.

<3

JD


mai 15

La ponctualité

A quoi ça sert que tu te décarcasses à être à l’heure à l’entretien si c’est pour poireauter pendant trois plombes dans le hall d’accueil sur des canapés inconfortables ? Hein ??
 
Tu te présentes à l’accueil. La dame te demande ton nom et t’invite à patienter. Tu feuillettes ce qui est posé sur la table basse : plaquette de présentation (copié-collé du site web de la boîte que tu as déjà lu en entier et que tu connais donc par cœur), revue de presse, rapport financier (ça tombe bien, c’est ta passion).
 
Au début tu bouquines sérieusement, en te tenant bien droite. Puis tu commences à prendre tes aises et à t’affaler gentiment sur le canapé. Tu fais semblant de lire en jetant des petits coups d’œil à gauche et à droite. C’est sympa cette ambiance feutrée mais où sont les gens, bordel ?
 
Au bout d’un quart d’heure tu commences à paniquer : “merde merde merde, le recruteur m’a oubliée, il m’a OUBLIÉE !”
Tu vas chouiner auprès de la fille de l’accueil qui t’assure que oui, “il va arriver”.
Tu retournes t’étaler sur le canapé. Ultime feuilletage de rapport annuel.
Au bout de 30 minutes tu lis Topito sur ton iPhone.
Au bout d’une heure tu es sur le point de piquer un petit somme…
Et c’est à se moment-là que le recruteur se pointe.
 
                    image

mai 6

Mai

Il est là le joli mois de mai. Et avec lui un petit miracle : les jours FÉRIÉS.

Ça commence par des heures de route pour enfin arriver à ta destination. L’après-midi suivant, tu peux commencer à te prélasser. Tu es étendue là dans ton transat orienté au sud, bière dans la main droite, crème solaire dans la main gauche, un livre à tes pieds. Il fait chaud. Un petit coup d’œil vers tes voisins : sous les chapeaux de paille, on débat du menu du soir.

- Un barbecue c’est pas mal, hein.

- Ouais c’est facile. Et puis les garçons seront contents, ça les occupe.

- Qui va faire les courses ?

Deux jours après, tu t’es habituée à vivre au soleil et sans réveil. Affalée dans ta chaise longue, tu entends une petite voix qui soupire :

- Ça va être dur demain, le taf.

- M’en parle pas, c’est l’horreur.

Tu acquiesces.

- Grave, j’ai plein de lettres de motiv’ à envoyer…

                                       


Avr 30

Quand 2 chômeuses se rencontrent

Quand une chômeuse rencontre une autre chômeuse :

- Salut, ça te dit qu’on prenne un café ?

- Oui quand tu veux, je suis dispo tout le temps

- Ça tombe bien, moi aussi.

La conversation continue, vous échangez vos bons plans.

- Tu devrais t’inscrire au RSA, c’est hyper simple.

- Ouais t’as raison.

- Il est sympa ton conseiller Pôle Emploi ?

- Je connais un ciné qui fait la place à 4€ mais c’est la séance de 11h.

- Ah non, c’est pas parce qu’on a rien à faire qu’on devrait se lever tôt.

Vous vous cherchez des occupations.

- On va voir cette expo ? C’est gratuit pour les chômeurs.

- Déjà vue. On peut regarder l’intégrale de How I Met… ?

- Je suis à jour. J’ai tellement de temps libre que j’ai vu toutes les saisons de toutes les séries qui existent. J’te jure.On peut postuler sinon ?

- Ça sert à rien.

- Ouais c’est clair. On peut se promener sinon ?

- Nan il pleut.

- Bon ben on n’a qu’à se faire chier.

- Ouais faisons ça.

- …

Tu devrais créer une Confédération des Chômeurs qui regrouperait tous les demandeurs d’emploi et vous pourriez vous ennuyer ensemble.

      image


Avr 24

Les lieux

Il y a plein d’endroits où passer un entretien d’embauche.

Le classique c’est dans une tour à la Défense. Généralement le recruteur t’envoie un petit mail la veille de l’entretien avec les consignes pour arriver au siège et 2 plans en pièce jointe. Il a peur que ses candidats se perdent dans le dédale. A la sortie du métro tu suis les instructions : en haut de l’escalator, prendre à gauche, traverser la passerelle qui surplombe le boulevard circulaire, continuer sur 200m puis contourner la tour bleue (mais elle sont toutes bleues ?!) jusqu’à l’entrée de la tour X, et présentez-vous à l’accueil. Quand tu es arrivée là, tu es contente mais horriblement décoiffée. Cette foutue esplanade de La Défense est en plein vent.

Le plan pas cool c’est le vieil immeuble haussmannien, type Paris 8ème, qui n’a pas été rénové depuis longtemps et qui n’a pas la clim’. Par temps chaud et si la salle de réunion est sous les toits, c’est mort pour toi. Tu vas simplement te liquéfier sous l’effet combiné du stress et du sauna.

Ça peut aussi se passer dans un immeuble plus récent, on t’installe à une table dans un petit bureau. Tu poses tes affaires et t’assieds face au recruteur. Le fourbe, il a choisi la meilleure place : dos à la fenêtre, en contre-jour, pour mieux t’observer.

Des fois, sur un coup de tête, tu décides de postuler dans les boîtes qui sont situées près de chez toi, dans ta banlieue. Tu pourrais y aller en bus, voire à pied ! Youhou ! Ouais du coup tu n’aurais aucune excuse pour faire un détour par les grands magasins en rentrant du taf. C’est naze en fait.

Ce qui est plus agréable c’est quand tu visites des immeubles avec une super vue. Ça te donne toujours une bonne impression de la boîte. Dernier étage, le recruteur te conduit vers son bureau, plein de couloirs à traverser : vue sur Montmartre, sympa, couloir suivant, vue sur l’opéra, pas mal. Oui je veux bien un café, je vais instagrammer si ça vous dérange pas.

                                    image


Page 1 sur 12